FANDOM


L'Urartéen, également connu comme Chaldéen ou Vanique, était la langue des habitants de l'ancien royaume d'Urartu, qui a été localisé dans la région du lac de Van, avec sa capitale Tushpa, à proximité du site de la ville moderne de Van, dans le haut-plateau arménien, en Anatolie (auj. à l'Est de la Turquie). Sa première attestation remonte au IX-ème siècle av. J.-C. L'Urartéen a cessé d'être écrit après la chute de l'État d'Urartu (en -585 av. J.-C.), et on peut supposer qu'il a disparu progressivement suite à la chute du royaume d'Urartu. Il a vraisemblablement été remplacé par une forme précoce d'Arménien, peut-être au cours de la période de la domination des Perses achéménides (même si ce n'est qu'au X-ème siècle que les premiers écrits arméniens apparaissent).

Origines de la langue Modifier

L'Urartéen était une langue ergative et agglutinante, qui n'appartenait ni à la famille des langues sémitiques, ni à la celle des langues indo-européennes, mais se rattachait à la famille des langues hurro-urartéennes, dont le seul autre membre connu est le Hurrite (ou Hourrite). Cette langue nous est restée grâce à de nombreuses inscriptions retrouvées dans la zone du royaume d'Urartu, écrites dans l'écriture cunéiforme assyrienne.

L'Urartéen est étroitement lié au Hurrite, une langue un peu mieux documentée et attestée d'environ 2000 à 1200 av. J.-C. (et écrite par des locuteurs natifs jusqu'à environ 1350 av. J.-C.). Les deux langues doivent avoir été développées indépendamment à partir d'environ 2000 av. J.-C., car l'Urartéen n'est pas une suite directe de l'un des dialectes attestés du Hurrite. Igor Diakonoff et d'autres, ont suggéré des liens étroits entre les langues hurro-urartéennes et les langues caucasiennes du Nord-est.

(à suivre...)